Notre projet en un coup d’œil

Zoom sur notre projet

- Localisation : Province du Sud, districts de Nyaruguru et de Huye, Rwanda
- Domaine d’action : agriculture paysanne
- Date de début : 01/05/2012
- Date de fin : 31/12/2016
- Populations accompagnées :
Plus de 6 000 paysans sensibilisés à l’agroécologie et à la nutrition
2 000 paysans formés en élevage et maraîchage
509 représentants des autorités locales, 8 écoles et 8 centres de santé impliqués
56 organisations paysannes accompagnées et renforcées
- Budget global : 1 044 461 euros

Notre partenaire

- Duhamic-Adri (association pour le développement rural intégré) et Adenya (association pour le développement de Nyabimata) sont les 2 partenaires de Frères des Hommes au Rwanda.
- Ils accompagnent les paysans qui pratiquent une agriculture de subsistance sur de petites surfaces agricoles dans un développement local et participatif.

L’objectif du projet

Pendant ces 3 ans, afin de contribuer à la lutte contre la pauvreté, en particulier contre la malnutrition, nous avons formé les familles paysannes vulnérables pour développer les cultures et l’élevage ; nous les avons aussi aidées à s’organiser et à faire valoir leurs droits.

L’objectif de notre projet était double :
- Promouvoir des techniques d’élevage et de maraîchage adaptées et renforcer la structuration des paysans ;
- Mettre en œuvre des actions de lutte contre la malnutrition et l’insécurité alimentaire de manière collective.


Retour sur les principales activités conduites de 2012 à 2016


Les familles paysannes ont amélioré et diversifié leur production agricole, leur élevage et leur alimentation

- 5 840 paysans ont été sensibilisés à l’agroécologie, 72 000 plants agroforestiers ou avocatiers ont été distribués. Ainsi, les paysans luttent contre l’érosion de leurs sols.

- 1 598 paysans ont été formés aux techniques de production agricole et d’élevage puis ont reçu 1 260 animaux et des plantules pour démarrer des cultures de champignons.

- 24 groupements de paysans (2 400 membres) se sont constitués.
Ils développent des activités collectives comme des jardins potagers ou des systèmes d’épargne et de crédit.

- 37 visites et 6 voyages d’études pour échanger les expériences entre 676 paysans ont été organisés


Les paysans luttent eux-mêmes contre la malnutrition faisant rage dans les campagnes

- 224 personnes ont appris à conduire des actions de sensibilisation sur le thème de la lutte contre la malnutrition.

- 16 concours culinaires ont été organisés. Plus de 4 000 participants ont été sensibilisés aux bonnes pratiques en matière d’hygiène et d’alimentation.

- 21 émissions radio, télé et 1 film documentaire ont été réalisés. L’occasion pour les paysans de sensibiliser sur la malnutrition et les solutions pour la combattre.

- 8 « initiatives-pilotes » réunissant paysans, centres de santé, écoles et autorités locales ont vu le jour. Leur but : créer ensemble de petits projets pour lutter contre la malnutrition et développer l’agroécologie.


Les paysans deviennent les interlocuteurs des autorités locales et leurs initiatives sont reconnues

- 200 paysans, issus de 32 organisations paysannes, ont été formés au leadership et aux techniques d’expression orale afin de pouvoir échanger avec les autorités.

- 29 rencontres et journées portes ouvertes réunissant représentants des autorités et paysans ont été organisées. Ensemble, ils ont échangé sur des thématiques liées à la malnutrition.

- 206 paysans ont été formés aux outils de promotion du petit élevage, du partage des techniques entre paysans ou encore de concertation avec les autorités locales.

- 509 élus ont participé à des formations sur la thématique de la décentralisation et du développement agricole.