[Haïti] La création de pépinières pour lutter contre le déboisement des terres

Depuis 2017, Frères des Hommes et le Mouvement Paysan Papaye (MPP) mènent à bien le projet « Ranfo Lavi Peyisan » visant à l’amélioration globale des conditions de vie des populations paysannes dans le Haut Plateau Central haïtien. Pour progressivement pallier les problèmes liés au déboisement, le MPP a su mettre en place plusieurs stratégies.

Les causes de la déforestation en Haïti

Les causes de la déforestation en Haïti sont à la fois historiques et profondes. C’est d’abord à l’Empire Français, qui, pour planter des champs de canne à sucre au XVIIe et XVIIIe siècles, déboisera significativement une partie de la forêt vierge. Puis, la problématique s’accentuera avec la production de charbon de bois*, qui débute dans les années 1920, et s’intensifiera à partir des années 1970. Enfin, l’occupation américaine, de 1915 à 1934, participera à cette déforestation en favorisant les monocultures d’arbres à caoutchouc (matière notamment prisée lors de la seconde guerre mondiale).
*Cette production, majoritairement réalisée par les populations rurales et agraires , - qui comptent parmi les membres les plus vulnérables de la société -, résulte du fait que le bois de charbon est le carburant plus utilisé en Haïti.
Cette production est injustement pointée du doigt via des clichés qui allient la déforestation, la pauvreté et l’instabilité politique en oubliant que celle-ci est le produit d’une histoire longue, influencée par des facteurs internes comme externes, et dont les ramifications complexes s’étendent bien au-delà de la production et du commerce du charbon de bois. (Lucile Maertens & Adrienne Stork,« Qui déforeste en Haïti ? Pour un nouveau regard sur le charbon de bois et la déforestation », La Vie des idées, 27 mars 2018. ISSN : 2105-3030.). Ces discours oublient également de tenir compte des ressources de bois gérées de façon familiale et collective qu’on appelle « lots boisés », qui offrent une source importante de la production, tout en laissant intactes les forêts restantes.


Production de charbon de bois au MPP - © Frères des Hommes

Dans ce contexte s’ajoute la perpétuation d’un système agricole, marchand et destructeur de la biodiversité, véhiculé par les élites. Malgré les réticences des populations rurales, les politiques publiques restent absentes et ne permettent pas d’améliorer et de promouvoir les initiatives locales.
Aujourd’hui, les droits de propriété, la fragmentation foncière, les pratiques agricoles et l’agroforesterie sont des éléments clés pour comprendre la demande en bois, les chaînes d’approvisionnement et le déboisement.

Vers une réappropriation des techniques agricoles et agro-forestières durables


Exemple d’une pépinière à Bassin Zim - © Frères des Hommes

Le Mouvement Paysan Papaye est une organisation paysanne qui a pour but d’unir tous les paysans (hommes, femmes, jeunes) en les accompagnant à s’organiser en groupements collectifs en vue de les rendre acteurs de changement. Pour cela, les membres peuvent intégrer des comités citoyens pour suivre des formations et discuter des problèmes rencontrés au sein de leurs communautés, pour ainsi mettre en place des initiatives locales.
Les comités citoyens se réunissent généralement une fois tous les 15 jours et décident de l’ordre du jour pour débattre des besoins actuels de la communauté et prendre des décisions. Au cours du recensement des problématiques rencontrées par les habitant·e·s des communes, les questions liées au déboisement ont fait l’unanimité. Dans cette optique, le MPP a donc distribué des plantules pour créer des pépinières*, ainsi que des semences organiques, difficiles à se procurer (voire en voie de disparition), pour développer des semences nourricières.
* Les pépinières sont des lieux où l’on fait pousser des plantules pour les replanter ensuite. Les jeunes plants y sont soignés depuis le semi de façon à ce qu’ils deviennent capables de supporter les conditions difficiles qu’ils rencontreront plus tard sur le terrain.
Lesnard Phila, habitant de la 2ème section communale de Hinche, âgé de 56 ans, est membre du comité citoyen appelé « Angaje n pou chanjaman Lakay ». Depuis 2020, il en est également le coordinateur. Il revient sur ces thématiques :

« Ce qui m’a motivé pour intégrer le comité citoyen c’est la question de développement local. Je suis vraiment préoccupé par les problèmes de ma communauté. Nous avons bénéficié de diverses formations en commun, ainsi que d’une pépinière communautaire. L’accès aux plantules nous permet de pallier progressivement le problème du déboisement. Nous avons également reçu des semences agricoles organiques que nous avons appris à bien conserver. De plus, nous avons la chance de rencontrer les membres des autres comités citoyens. »

Les rencontres entre membres de comités différents permettent aussi de renforcer la solidarité paysanne et de s’inspirer les uns des autres.

« Avec la présence de ce comité au sein de la communauté, on voit des changements. Les habitants de la zone deviennent de plus en plus responsables. Bon nombre de plantules ont déjà été plantées, et ils continueront à en planter. Dans deux à trois ans, l’image de la zone sera différente. Elle sera couverte d’arbres. » (Vilès Desir, membre du comité citoyen « Gwouplal »)

Cette solidarité de bouche-à-oreille enclenche une prise d’initiative en effet boule de neige  : « Nous avons déjà réalisé plusieurs campagnes de reboisement grâce à notre pépinière communautaire. Nous continuons de planter des arbres et nous encourageons aussi tout le monde à planter et au fur et à mesure. Ainsi le reboisement gagnera du terrain dans notre communauté. » nous rapporte Lesnard.


Exemple d’une campagne de reboisement à Bassin Zim - © Frères des Hommes

Nous observons donc l’un des nombreux avantages collectifs que prodigue l’intégration au sein d’un comité citoyen. Cela se répercute également au niveau individuel : « Cela m’a permis de reboiser mes terrains et de renforcer ma capacité de production » nous dit-il (Lesnard Phila).

Nombreuses sont les problématiques soulevées lors des réunions des comités citoyens, et celles-ci sont, résolues, petit à petit grâce à des initiatives locales solidaires. Malgré un contexte difficile, le MPP et ses membres continuent de s’organiser pour soutenir la paysannerie haïtienne !

Pour ne louper aucune de nos actualités, vous pouvez vous abonner à nos réseaux sociaux et à notre newsletter. Vous pouvez également nous soutenir en partageant nos actualités et/ou en nous faisant un don ici.