« Former pour transformer », le 1er temps collectif

- Parce que les acteurs de la société civile sont incontournables pour l’émergence d’une nouvelle société plus juste et solidaire  ;
- Parce que c’est ensemble que seront construites les alternatives permettant de s’émanciper des rapports de domination ;
- Parce que la formation est au cœur de la transformation sociale.

Frères des Hommes et ses partenaires sénégalais, haïtien, rwandais, congolais, indien et péruvien se sont regroupés en collectif pour améliorer leurs actions en faveur des populations. A partir du 25 septembre, et pendant deux semaines, est organisé le premier temps réunissant tous les partenaires du collectif, avec au centre des débats la transformation sociale.

Rassembler, rassembler

A Paris comme en Haïti, on se mobilise en chanson (militante) pour démarrer le séminaire "Former pour transformer" avec nos partenaires.

L’alliance

Comment forme-t-on une "alliance solidaire" ? Entre nos associations partenaires et les publics qu’ils accompagnent, pour N’Diakhate Fall de l’UGPM au Sénégal, c’est en intégrant le plus possible les paysans dans l’action.

Les rapports de domination

Comment définit-on les rapports de domination qui existent dans nos sociétés ? Pauline de La Cruz, directrice de l’association BATIK International donne l’exemple de la domination masculine, "ancrée dans nos inconscients".

Les « postulats »

Depuis 4 ans, les projets que nous menons avec nos partenaires nous ont fourni une masse importante de savoir-faire et d’expériences, qui ont été analysés, recoupés, débattus, et qui permettent de proposer des « postulats », c’est à dire des hypothèses sur comment une société peut se transformer, quels sont les moyens d’y parvenir, et ce qui bloque. Nous avons identifié 8 hypothèses qui seront discutés pendant ce temps collectif.