"Habla Mujer", une avancée vers l’émancipation des femmes

Au Pérou, Cenca, accompagné par Frères des Hommes, travaille dans les quartiers défavorisés de la périphérie de Lima. Pour lutter contre les violences conjugales et aider près de 1 000 femmes vulnérables à s’émanciper, nous avons initié ensemble le projet Habla Mujer (Paroles de femmes) en mars 2017.



Des activités organisées en 3 axes pour un impact concret

Depuis mars 2017, le projet Habla Mujer forme des femmes de Mariátegui à différents métiers dans le secteur de la chocolaterie, cordonnerie, charpenterie, construction de murs en plâtre et électricité. Pour les 18 prochains mois, Frères des Hommes et Cenca renforcent leurs activités autour de 3 axes :

Assurer l’indépendance économique

• Formations techniques et professionnalisantes
• Participation à des foires artisanales
• Conseils de professionnels pour accompagner les décisions des groupes d’artisanes déjà existants
• Études sur les activités économiques locales rentables

Renforcer la place des femmes

• Valorisation grâce à l’apprentissage d’une profession reconnue
• Implication des membres du foyer dans des ateliers techniques et citoyens
• Création de relations de confiance et d’entraide entre les participantes des ateliers
• Organisation d’activités de sensibilisation (théâtre forum, manifestations, etc.)
autour des thématiques d’égalité femmes-hommes

Connaître ses droits

• Accompagnement juridique individuel grâce à des permanences un mercredi soir sur deux
• Transmission des connaissances sur les droits individuels et collectifs des habitants
• Organisation d’un système solidaire de garde pour les enfants des femmes entrepreneurs
• Accompagnement des femmes victimes de violences conjugales et de leurs maris


À Mariátegui, les résultats se font déjà sentir pour les femmes. Le projet Habla Mujer a démarré il y a près d’1 an et demi autour de 3 axes : renforcer la place des femmes, assurer leur indépendance économique et défendre leurs droits pour plus d’égalité avec les hommes. Au terme de cette 1ʳᵉ phase, les résultats se font déjà sentir !

Quel regard portez-vous sur cette partie du projet ?

Au-delà de l’acquisition de l’apprentissage d’un métier, ce qui est intéressant c’est la dynamique que cela crée dans le quartier. Le professeur est aussi un habitant qui vit en plein centre du quartier, les femmes qui étaient voisines ont appris à se connaître et échangent sur leurs problèmes du quotidien, expliquent Marie et Fabiola.

Comment cela se répercute-t-il au quotidien ?

Un an et demi après le début du projet, on voit déjà une évolution dans le positionnement de certaines femmes au sein de leur famille et même parfois de la
dynamique du quartier. L’idée n’est pas de les former pour qu’elles deviennent dépendantes d’un système d’exploitation de marché, mais bien que chacune soit autonome et développe une conscience critique et citoyenne, souligne Fabiola.

Quelles sont les perspectives pour cette deuxième phase ?

Maintenant que le savoir-faire est acquis, les femmes commencent à diversifier les modèles proposés, ce qui n’était pas prévu au départ. C’est la preuve de leur volonté de s’investir dans le projet. Ce qui est intéressant aussi, c’est qu’elles ont décidé d’utiliser les bénéfices d’une partie des ventes de la première année pour investir dans des outils plus adaptés, ajoute Marie. Par exemple, auparavant elles externalisaient la couture de certaines pièces, elles viennent désormais d’acheter une machine à couture qui est à disposition de toutes afin de pouvoir elles-mêmes gérer cette partie de la conception. C’est très positif de voir qu’elles trouvent elles-mêmes des solutions pour gagner en autonomie.


Plus d’autonomie pour davantage d’égalité

Et maintenant ? Chocolaterie, cordonnerie, charpenterie, construction de murs en plâtre, électricité…Au cours de cette 2ᵉ phase du projet, près de 130 autres femmes vont apprendre un métier qui leur permettra, à leur tour, de générer des revenus et de s’impliquer dans le développement de leur quartier. Et pour que Cenca renforce son accompagnement auprès des femmes vulnérables, 2 actions sont notamment développées : l’organisation de rencontres et la mise en place d’une aide juridique.

Davis Morante (coordinateur du projet Habla Mujer et membre de l’équipe de Cenca) : « Les formations techniques aussi ont repris, et cela reste un point fort de ce projet. Parce que nous parlons d’une population qui vit dans une grande pauvreté, et qui manque souvent d’opportunités. Ces formations aident les femmes justement à trouver un travail, ou tout simplement à gagner en estime de soi. Je pense que la majorité d’entre elles ne cherchent pas seulement à se former à quelque chose de technique, mais à montrer que oui, elles sont capables d’acquérir des connaissances ».

Retrouvez l’interview complète de Davis Morante.