Bien que l’agriculture a toujours occupé une place essentielle dans l’économie sénégalaise, on observe un déclin du secteur agricole qui n’emploie plus que 30% de la population active. De fait, depuis les années 1960-1970 avec l’indépendance du Sénégal et la dite « Révolution verte », l’agriculture sénégalaise se trouve confrontée au modèle agroindustriel dominant. Ce dernier impose la substitution des cultures vivrières locales (mil, sorgho…) au profit des cultures d’exportation ainsi que la libéralisation de la production et la montée en concurrence des produits importés (moins chers et subventionnés) face au produits locaux. A cela s’ajoute un phénomène de pression démographique et de réchauffement climatique qui menacent la productivité et la rentabilité des exploitations familiales. La combinaison de ces différents facteurs est par ailleurs la cause d’un phénomène de migration et d’exode rural grandissant. L’Union des Groupements Paysans de Meckhé (UGPM) et Frères des Hommes souhaitent, à travers leur action commune, renforcer les groupements paysans membres de l’UGPM pour qu’ils puissent contribuer au développement rural du Sénégal et promouvoir un changement social durable.

Formation sur les soins à apporter à un équidé, dans un groupement paysan

Le résumé de l'action :

Ce projet va permettre de poursuivre les actions mises en œuvre lors d’une première entre 2017 et 2020 (consolidation des groupements paysans, champs de travail collectif, formation en agroécologie, micro-crédits, sensibilisation sur les rapports de domination) en incluant 4 nouveautés :

  • L’intégration de 10 groupements paysans supplémentaires à l’UGPM, en plus des 40 groupements déjà accompagnés entre 2017 et 2020
  • La mise en place d’un dispositif d’analyse d’impact afin de mieux mesurer les résultats, les effets et les impacts du projet
  • La mise en place de nouvelles formes d’apprentissage, entre paysans, via des visites d’échange entre les groupements et des partages d’expériences entre animateur-trices de groupements.
  • La constitution d’une « assemblée » de jeunes : des jeunes de plusieurs villages se réunissent dans un village hôte pour échanger sur leurs difficultés et réfléchir à des solutions. Suite à ces rencontres de concertation, une assemblée de jeunes permet de les intégrer aux réflexions de développement local, et aux instances de décisions de l’UGPM.

Ce qui est prévu, plus en détail :

  • Un dispositif d’analyse des changements des acteurs impliqués dans et autour des groupements
  • Un état des lieux des forces et faiblesses des groupements
  • Des rencontres d’échanges entre animateurs de l’UGPM installés dans les villages
  • Des visites d’échange entre groupements
  • La mise en place d’un « collège » des jeunes
  • Un bilan alimentaire des exploitations familiales
  • Des formations en « rôles et responsabilités » et en gestion administrative et financière
  • Des formations sur les rapports de domination dans les groupements
  • Des classes d’alphabétisation en wolof
  • Des formations en citoyenneté
  • Des formations en agroécologie
  • L’installation d’un fonds d’appui pour les activités collectives des groupements

Les partenaires de cette action