Sénégal : « Les candidats n’ont plus de liens avec le monde rural »

L’UGPM, partenaire de Frères des Hommes, lutte depuis des années pour les intérêts des paysans de la région du Cayor. Les prochaines élections présidentielles sont l’occasion de faire entendre la voix du monde rural. Ndiakhate Fall, son directeur, nous en parle.

Peux-tu nous parler du contexte des élections présidentielles du Sénégal ?

Parmi les cinq candidats, il y en a effectivement certains qui ont une longue expérience, ils militent depuis les années 80. Deux sont nouveaux. Si on prend le cas d’Ousmane Sanko , c’est en 2017 qu’il a créé son parti. Il est très populaire parce qu’il est soutenu par la jeunesse et la jeunesse est vraiment une frange importante de l’électorat, pourvu que les jeunes puissent recevoir leurs cartes d’électeur, parce que la majeure partie ne l’a toujours pas reçue.
Issa Sally est proche des religieux…c’est un nouveau lui-aussi, on ne le connait pas dans la politique. Sur 5 candidats, 3 ont été ministres. Maintenant, les cartes sont en train d’être