Vers une nouvelle forme de partenariat : un collectif pour la transformation sociale

Nous vous en avions parlé, du 22 septembre au 7 octobre dernier, Frères des Hommes avait réuni tous ses partenaires pour un séminaire sous le signe de « Former pour Transformer ». Derrière ces mots, se cache un projet d’un nouveau genre : réunir 9 organisations de la société civile de 6 pays différents avec une ambition commune, agir ensemble pour une société plus juste et plus solidaire. Notamment en donnant aux populations vulnérables les moyens de lutter contre les rapports de domination qui les enferment.

Le 22 janvier dernier, une délégation de Frères des Hommes composée de Violaine Chantrel (responsable des partenariats internationaux), Claire Honoré (responsable Ingénierie de formation) et Yves Altazin (directeur) a présenté à l’Agence Française de Développement (AFD) la restitution du fameux séminaire. Ils sont revenus sur les débats, réflexions et échanges qui ont fait vivre ces semaines de rencontres : «  l’idée, c’était de commencer à avoir un dialogue transversal sur les enjeux de la formation et de la transformation sociale. »

Cette présentation a permis d’aborder différentes questions : en quoi ce travail de mise en collectif pour lutter contre les rapports de domination réinterroge ces rapports au sein même de Frères des Hommes et ses organisations partenaires ? Comment les bailleurs comme l’AFD peuvent-ils s’adapter à ces nouvelles formes de partenariats ? En quoi ce projet est-il un signe de l’évolution de la posture même de Frères des Hommes ? Comment va s’organiser le partage et l’analyse transversale des activités des différents partenaires ? Mais au-delà de réfléchir à la planification d’actions communes, l’idée de ce séminaire était surtout de « mieux se comprendre, de partager nos visions ».

C’est justement cette volonté de repenser la relation partenariale en mettant l’accent sur des échanges pluri-acteurs (et sur le collectif) qui a interpellé les membres de l’AFD présents. Pour eux, « c’est une chose à valoriser », pourquoi pas en partageant avec d’autres organisations les méthodes de Frères des Hommes et ses partenaires…