Haïti - Des sources d’énergie alternatives pour lutter contre le déboisement

Autres versions de cet article: English, Español
Cet article est paru en juin 2008 dans Résonances, mensuel d’informations citoyennes réalisé par des jeunes militants.

Les paysans pauvres d’Haïti se mobilisent contre la déforestation massive que connaît leur île. Avec 50 millions d’arbres coupés chaque année, dont 17 millions servent à fabriquer du charbon de bois, Haïti possède actuellement moins de 2% de forêts, résultat du déboisement commencé à l’époque coloniale et poursuivi plus tard avec la complicité d’entreprises sans scrupules. Le charbon de bois représente 72% de la consommation d’énergie dans le pays, et il est utilisé quotidiennement par la majorité des habitants, qui n’ont pas d’électricité. Le Mouvement paysan Papaye (MPP), à l’initiative de l’agronome Chavannes Jean-Baptiste qui le dirige, a mis en place un programme de fabrication de briques à base de débris végétaux pour remplacer le charbon de bois et lutter contre le déboisement dramatique que connaît l’île.

L’urgence de préserver les arbres pour sauvegarder la fertilité des sols et développer une agriculture durable

Afin de pouvoir cuisiner, les paysans continuent à couper du bois et à le transformer en charbon. Ils vendent les surplus en ville pour des misères, malgré la loi qui interdit la coupe des arbres. Ce cercle vicieux de la déforestation engendre de graves conséquences pour l’agriculture et la pêche : faute de racines, les sols ne tiennent plus, s’érodent et deviennent incultivables. La pluie se transforme en menace, des torrents de boue dévalent des collines, détruisent les récoltes, se déversent dans les rivières et causent la mort des poissons. Ce sont 15 millions de mètres cube de sols qui se perdent par an à cause de l’érosion.

Le MPP a décidé de réagir, notamment en formant la population aux thèmes de la gestion et de la protection de l’environnement, de l’exploitation rationnelle des ressources naturelles, de l’importance des arbres dans l’écosystème, des impacts du déboisement, de l’érosion des sols, et des mauvaises pratiques agricoles (comme celle de la terre brûlée). Vwa Peyizan (Voix paysanne), la radio communautaire du MPP mène aussi une vaste campagne de sensibilisation sur les dangers de la dégradation de l’environnement et encourage les autres organismes présents sur le plateau central haïtien à se mobiliser contre le déboisement.

Des briquettes contre la déforestation

Pour contrer le processus de déboisement, le MPP poursuit depuis plus de 30 ans un programme agrosylvicole qui associe production agricole et plantations d’arbres pour enrayer l’érosion et permettre l’agriculture. Le programme est axé sur la recherche et la formation dans le domaine de l’énergie alternative. Suite à la visite en 2004 d’un expert américain en briquettes de paille, le MPP a mis en place un programme de fabrication de briquettes à base de papiers et feuilles séchées, alternative à l’énergie ligneuse. Après un premier test des briquettes et la démonstration de leurs avantages par rapport au charbon de bois, trente femmes ont été formées à cette nouvelle technique.

Les matériaux nécessaires à la fabrication et disponibles sur le terrain – papiers usagés, feuilles mortes, poudre de bois – sont mélangés et trempés pendant deux jours dans de l’eau. Un pressoir permet ensuite de donner une forme arrondie aux briquettes qui sont laissées à sécher au soleil pendant trois jours. Source d’énergie efficace, ces briquettes sont encore à améliorer car leur combustion est un peu lente et elles dégagent trop de fumée. Le MPP a donc prévu des visites d’échanges avec d’autres organisations ayant acquis une riche expérience dans ce domaine. En attendant, les ateliers de fabrication se multiplient dans la perspective de pouvoir, à court terme, commercialiser les briquettes.

A lire également :
Résonances Latino-Américaines N° 25 - Juin 2008

Mise à jour: mercredi 9 juillet 2008

En images

Ce diaporama contient 4 images