Frères des Hommes et le Mouvement paysan Papaye : 3 années d’actions

Nous sommes à Hinche, sur le Haut Plateau Central en Haïti. Ici, la pauvreté est telle que des milliers de paysans sont contraints de migrer vers Port-au-Prince ou de traverser la frontière vers la République Dominicaine. Tous ont l’espoir de trouver un emploi et de pouvoir ainsi nourrir leur famille. Une solution qui s’avère bien souvent illusoire. Face à l’urgence de cette situation, Frères des Hommes et le Mouvement paysan Papaye s’organisent. Ils lancent en avril 2008 un ambitieux programme pour permettre aux familles paysannes de produire une alimentation suffisante et de vivre à la campagne.

Pendant 3 ans, près de 3000 paysans de la région sont formés aux techniques de productions maraîchère, fruitière et apicole. En parallèle, ils reçoivent semences, plantules, outils et matériel divers pour les rendre rapidement autonomes. Et les résultats ne se font pas attendre ! Après seulement quelques mois, on voit pousser dans les parcelles choux, tomates, aubergines, piments doux (poivrons), piments « piqués »…

Auparavant, les paysans mangeaient peu de légumes car il fallait aller au marché pour en acheter. Aujourd’hui, ils en consomment quand ils veulent parce qu’ils en produisent dans leur jardin. L’arrivée des légumes dans leur parcelle a également modifié leurs habitudes de vie. Il n’y a encore pas si longtemps, les hommes donnaient de l’argent à leur épouse pour qu’elles achètent à manger pour la famille. Avec l’installation du système d’irrigation « bo-kit », elles n’ont plus besoin de cet argent. Et si elles continuent de se rendre au marché de St-Raphaël ou de Thomonde, c’est pour vendre le surplus des légumes produits dans leur jardin.

Après les 3 années de formations, les carences alimentaires des habitants de Hinche, Maïssade et Thomonde ont largement diminué et leur alimentation est beaucoup plus variée et saine. Suite à la formation reçue et aux semences distribuées, les paysans de la région ont pu diversifier leur production. Désormais, en plus de la culture traditionnelle du manioc, du sorgho ou de la canne à sucre, ils cultivent toute une variété de légumes et de plantes comme les choux, les poireaux, le navet, le céleri, le persil ou l’oseille.

Le système « bo-kit »

Le kit se compose d’1 fût, d’1 tuyau principal de 6 mètres connecté au fût et de tuyaux latéraux d’une longueur de 33 mètres, le tout permettant une installation sur une parcelle de 14m2. Appelé micro- ou éco-irrigation, l’arrosage goutte-à-goutte est un système précis et économique qui garantit une quantité d’eau suffisante pour toute la période de production des légumes. Dans une zone où le manque d’eau est un problème majeur, ce système est très précieux pour permettre aux familles paysannes de produire des légumes. Grâce à ce système, les familles gagnent en moyenne 1500 gourdes (≈ 27 €) par an. Dans le cadre du projet, 1400 kits ont été distribués.

Témoignages

Eria Demary - Losapat, commune de Thomonde

Avant, je plantais du maïs et du sorgho, mais avec la saison sèche qui s’est vraiment prolongée, j’en ai perdu une partie. Je ne connaissais pas la technique de production de légumes. Aujourd’hui je sais préparer une plate-bande et faire de l’engrais naturel avec les déchets des bourriques ou les résidus du jardin. Grâce à la formation, j’ai planté des épinards et quelques pieds de piments. Ce matin j’ai ramassé un plein gobelet de piments pour vendre au marché de Thomonde. Je suis sacrément contente parce qu’avant je ne savais pas faire ça. Si je n’avais pas cette parcelle de piments pour récolter et aller vendre au marché, je devrais demander à quelqu’un de m’aider, de me donner 2 ou 3 gourdes (≈ 0,05 €) pour acheter du sel ou de l’huile. Depuis que je produis mes propres légumes, ma famille mange suffisamment tous les jours.


Cet article est paru au Printemps 2011 dans Témoignages et Dossiers, mensuel d’informations citoyennes réalisé par l’équipe de Frères des Hommes. Pour découvrir les autres articles de ce numéro, cliquez ici.
Mise à jour: mardi 5 avril 2011

A voir aussi

Témoignages et dossiers - Mars 2011 Haïti, l’espoir vient des campagnes

Présentation des actions mise en place en Haïti, document PDF à télécharger.

Les actus du programme d’agriculture vivrière et familiale sur le Haut Plateau Central, ici

L’expérience de David Millet, volontaire en Haïti avec le Mouvement paysan Papaye.

Pour ce projet, Frères des Hommes a également obtenu le soutien financier de l’Union européenne.